Union des Micro-Entrepreneur
Auto-Entrepreneurs

La situation des travailleurs Uber

COMMUNIQUE DE PRESSE Mercredi 21 décembre 2016

L’Union des Auto-Entrepreneurs met en garde contre tout risque d’amalgame entre la situation des travailleurs Uber et celle des travailleurs indépendants

La relation d’Uber avec ses chauffeurs a mis en lumière les failles d’un modèle construit autour d’une  relation particulière qui ne peut être considérée comme la relation classique de travailleur indépendant avec son donneur d’ordre. En effet, il s’agit d’une relation professionnelle  tripartite entre clients, plateforme donneur d’ordre et prestataires indépendants.

« Uber » modifie dès lors les conditions mêmes du travail indépendant qui, bien qu’exercé pour le compte de plusieurs clients, évolue dans un cadre rigide qui soulève directement la question de la requalification. Le débat sur « Uber » ne doit certainement pas masquer une réflexion  plus globale sur la notion d’activité professionnelle et le socle de protection qui doit naturellement s’y attacher.

Pour autant, et même si le débat est posé, il ne peut pas se limiter au seul règlement du conflit social « Uber » qui pourrait, si nous n’y prenons pas garde, « jeter le bébé de l’activité générée par certaines plateformes au mode de fonctionnement très spécifiques avec l’eau du bain du travail indépendant » pour François Hurel, Président de l’UAE.

L’UAE souhaite que les négociations s’attachent :

  • à proposer une co-participation vers une protection sociale qui ne confonde pas activité indépendante et une forme d’emploi hybride rémunéré à la tâche.
  • à mettre en place des  règles équitables de bonnes pratiques concernant la relation contractuelle entre plateformes et chauffeurs. Toute clause arbitraire étant sans avenir.

De son côté, le travail indépendant est une cause bien plus large et plus grande. Ses enjeux sont ceux du développement de l’activité hors salariat et d’une forme de travail qui a retrouvé un attrait, notamment depuis la création du régime de l’Auto-Entrepreneur en 2009, et plus récemment avec l’essor des activités indépendantes réalisées par l’intermédiaire des plateformes numériques.

C’est pourquoi l’UAE  veut attirer l’attention sur les risques d’amalgame entre la situation des travailleurs Uber et celle du million de travailleurs indépendants français. Selon François Hurel, « Nous ne pouvons pas laisser confisquer le formidable essor du travail indépendant dans notre pays par ceux qui voudraient réhabiliter une sorte de « tâcheronnage » du passé, qui au final ne fait que desservir la justesse de cette nouvelle forme d’activité qu’est, à côté du salariat, le travail indépendant».

Forte de tous ces éléments, l’UAE a été constante dans ses propositions : faire de la protection sociale et de la requalification  un enjeu pour qualifier la relation économique et entrepreneuriale entre auto-entrepreneurs, travailleurs indépendant  et donneurs d’ordres.

Autour de la requalification, doit se nouer le débat entre ceux qui veulent contourner le salariat et ceux qui veulent orienter résolument les réflexions sur l’indépendance. Pour François Hurel, « C’est à ce prix que pourra réellement s’engager le débat sur le travail indépendant qui concerne aujourd’hui plus d’un million de personnes, demain sans doute deux millions, et où la plateforme numérique doit devenir une chance de développement d’activités et non une trappe à la pauvreté. »

 

À propos de l’Union des Auto-Entrepreneurs (UAE)

Organisation reconnue par les Pouvoirs Publics, l’UAE a pour mission de promouvoir et de défendre le régime de l’auto-entrepreneur et d’accompagner ces derniers tout au long de leur projet, de l’installation au développement. L’UAE assure gratuitement la diffusion des connaissances en mettant à la disposition de tous les auto-entrepreneurs une série d’informations et de services proposés par plusieurs partenaires officiels (CCI France, AFE, CIC, CSOEC, RAM, SAGE, Groupe La Poste, Fondation Le Roch-Les Mousquetaires) via son site web (www.union-auto-entrepreneurs.com) et également via ses actions d’information et de proximité en région.

 

Pour toute information : Imedia Conseil & Communication

Isabelle MAURIAC

imauriac@imedia-conseil.fr

06 27 70 71 60

Elodie JAMET

ejamet@imedia-conseil.fr

06 03 77 35 40